Humanité et Mondialisation

Si l’Humanité, concept unique définissant une multitude, est en soit un idéal d’unification du genre humain se voulant fédérateur, la Mondialisation est aujourd’hui la seule réelle tentative de mise en application de cet idéal. Gros hic, elle est toujours menée de façon bilatérale et à fin d’uniformisation. Je vois que déjà nombreux vous êtes à m’attendre au tournant de mon propos! Alors poursuivons!

Quand je parle de Mondialisation, j’évoque bien sur l’aspect transnational de nos firmes marchandes ainsi que des organismes à but social connus sous le nom d’ONG. Mais j’entends aussi une mondialisation plus historique, se définissant par la volonté d’un peuple, en position de nette supériorité, d’unifier sous une même bannière chaque civilisation l’entourant. Une éventuelle exception qui tend de nos jour à disparaitre, la Chine, qui de toute façon s’est toujours considérée comme la seule Humanité. Un sens légèrement élargi pour les besoins de mon propos.

L’Humanité pour sa part est l’acceptation de chaque individu, chaque peuple et chaque nation à reconnaitre son appartenance à une Entité allant au-delà des croyances et des convictions, pour unir les efforts individuels dans une survie et une évolution générale perpétuelle.

En résumé, la Mondialisation c’est « soit comme moi et je t’aiderais » alors que l’Humanité ce serait plutôt « reste comme tu es et on collaborera ».

Le tort de la première? Ne prendre en compte que les motivations du peuple « supérieur » de l’Age en question. Elle fini par écraser les différences et tue l’impulsion créatrice qui mène à l’évolution. Pourtant son mécanisme de base est essentiel à l’Humanité, car il créé des interactions entre les peuples, les idées et les techniques, permettant à chacun d’enrichir son savoir et ses savoir-faire. Mais il est bridé de fait par ceux qui le mettent en place et l’administrent en raison de leur cupidité. Et cette bride pousse à l’uniformisation des diversités, reprenant en boucle mon paragraphe.

Quand à la seconde, et bien, rappelons que c’est une Utopie!

Publicités