Ecologie et Conscience

 Il est des thèmes qui ,malgré leurs fortes propensions au consensus, ne retrouvent pas le même succès dans leur mise en application. Pour le plus grand malheur de nos futures générations, l’écologie fait partie de ceux-ci. Je vous rassure de suite, je ne fais pas parti de ces militants prompt à publier tout article ou « chaine » à la gloire de Gaïa mais j’ai conscience que les humains se doivent de réagir, et ce depuis vingt ans déjà.

Mais je commence sincèrement à m’interroger sur le réel intérêt que peut porter le citoyen lambda à cette cause. Hier, Mardi 20 Août 2013, l’humanité est entrée en phase de dette écologique, ce qui en gros signifie que nous avons déjà commencé à pomper dans les ressources qui auraient dut nous alimenter en 2014 avec 6 mois d’avance. Donc par prolongation nous avons déjà bouffé le premier semestre 2015 qui devrait logiquement alimenter le deuxième de 2014…

Sachant que cette « dette écologique » avance sa date de début d’un bon mois tous les ans, nous devrions être endettés de façon permanente d’ici 6 ans. Bien sur des efforts sont fait pour retarder cette échéance, a savoir accroitre la quantité de terre disponible pour l’agriculture, ou encore pratiquer l’élevage intensif (à grand coup d’hormones et de farines animales). Donc plutôt que de chercher une alternative à la croissance démographique mondiale et aux systèmes actuels de productions agroalimentaires afin d’entrer dans une « nouvelle ère agro-écologique », nous allons continuer de doper la nature pour la forcer à donner encore plus alors que ses ressources diminuent chaque jour plus que le précédent…

Si nos enfants devraient vivre plutôt correctement, la masse se rend elle compte qu’elle envoi les prochaines générations dans un gouffre où l’humanité pourrait disparaitre? Ou en tout cas la civilisation actuelle le pourrait, nous renvoyant aux heures les plus sombres de l’Histoire. Certains affirmeront avec force que c’est désormais le seul avenir de l’Homme. Disparaitre pour mieux renaitre en harmonie avec son monde.

Mon opinion?

Nous sommes à un tournant de notre civilisation. Le choix qui s’offre à nous est très simple, évoluer pour nous adapter, ou rester figé et s’éteindre. Et ce choix doit se faire maintenant. Si nous souhaitons survivre, il va falloir prendre conscience de notre unité en tant que peuple du même monde et dépasser les clivages arbitraires telles que la géographie et la religion. Il ne s’agit plus d’être tolérant, c’est au-delà de la solidarité, il faut que chacun prenne conscience de l’Humanité, la sienne mais aussi celle de tous les autres.

Publicités

Humanité et Mondialisation

Si l’Humanité, concept unique définissant une multitude, est en soit un idéal d’unification du genre humain se voulant fédérateur, la Mondialisation est aujourd’hui la seule réelle tentative de mise en application de cet idéal. Gros hic, elle est toujours menée de façon bilatérale et à fin d’uniformisation. Je vois que déjà nombreux vous êtes à m’attendre au tournant de mon propos! Alors poursuivons!

Quand je parle de Mondialisation, j’évoque bien sur l’aspect transnational de nos firmes marchandes ainsi que des organismes à but social connus sous le nom d’ONG. Mais j’entends aussi une mondialisation plus historique, se définissant par la volonté d’un peuple, en position de nette supériorité, d’unifier sous une même bannière chaque civilisation l’entourant. Une éventuelle exception qui tend de nos jour à disparaitre, la Chine, qui de toute façon s’est toujours considérée comme la seule Humanité. Un sens légèrement élargi pour les besoins de mon propos.

L’Humanité pour sa part est l’acceptation de chaque individu, chaque peuple et chaque nation à reconnaitre son appartenance à une Entité allant au-delà des croyances et des convictions, pour unir les efforts individuels dans une survie et une évolution générale perpétuelle.

En résumé, la Mondialisation c’est « soit comme moi et je t’aiderais » alors que l’Humanité ce serait plutôt « reste comme tu es et on collaborera ».

Le tort de la première? Ne prendre en compte que les motivations du peuple « supérieur » de l’Age en question. Elle fini par écraser les différences et tue l’impulsion créatrice qui mène à l’évolution. Pourtant son mécanisme de base est essentiel à l’Humanité, car il créé des interactions entre les peuples, les idées et les techniques, permettant à chacun d’enrichir son savoir et ses savoir-faire. Mais il est bridé de fait par ceux qui le mettent en place et l’administrent en raison de leur cupidité. Et cette bride pousse à l’uniformisation des diversités, reprenant en boucle mon paragraphe.

Quand à la seconde, et bien, rappelons que c’est une Utopie!