Age et Insécurité

Il est bien connu que nombre d’individus, voyant le temps avancer et leurs forces décliner, se sentent de plus en plus menacés à mesure que le temps les fuit.

Or à l’heure où j’écris ceci, une grande partie de la classe dirigeant le pays est bien moins proche du début que nombre de citoyens qu’elle se doit d’administrer. En conséquence, seuls ceux correspondant à la moyenne d’âge des politiques se retrouvent réellement dans les discours actuels, qui, sous-tendu par une volonté de rester « en pouvoir », réélisent mandat après mandat les mêmes candidats.
Mais ces élus, malgré leur capacité à avoir une vue globale de la société, ne font que ralentir le processus naturel d’évolution des civilisations au détriment des générations futures. J’en veux pour preuve l’impossibilité qu’ont les grandes nations à adopter un accord mondial sur l’écologie, ou encore le refus de voir le monde comme « une » terre où, plus que les biens, les humains devraient pouvoir se déplacer sans contrainte. Mais cette peur viscérale du changement et du différent, qui ne fait malheureusement que croitre avec l’âge, nous mène à une société ultra-sécuritaire où la moindre revendication mène au soupçon.
Et si par malheur l’État venait à prendre les devants sur l’évolution, la masse des conservateurs n’hésiterait pas à le rappeler à l’ordre.

Et c’est ainsi que se forme le cercle de l’insécurité, les masses ayant de plus en plus peur, et les politiques surfant sur cette vague accroissent le sentiment d’insécurité, se confortant eux-mêmes dans l’idée qu’ils sont en phase avec leur époque, sans voir qu’ils ont fait leur temps!

Il faut donc imposer le respect de l’âge légal de départ en retraite jusque dans les plus hautes sphères de l’État. Sinon, vous pouvez toujours commander des couronnes de fleurs pour la mise en bière de la civilisation!

Semaine 32, An 2013

Récap’ de la semaine passée un peu en retard, eu égard à mon planning professionnel. Mais pas de fausses excuses et rattrapons nous dès maintenant!
Commençons donc par ces deux faits divers (merci de laisser les blagues vaseuses au vestiaire) passés plutôt inaperçus, et pourtant similaires jusque sur le plan  géographique, à savoir un « jeune » (comprenez ce qu’il vous plait) en scooter, poursuivi par deux gendarmes. Chacun clame que l’autre à commencé (merci pour l’ambiance cours de récré) et au final le premier fait, voit un gendarme et un suspect finir à l’hôpital, quand le deuxième évènement saute les étapes et envoi le suspect directement à la morgue.
Je souhaiterais dire aux gens qui rapportent ces drames dans les journaux, que même si le « devoir d’informer » me semble nécessaire, voire vital, il serait bon de choisir des termes plus neutres! Car si les personnes telles que moi, et je les espère nombreuses, considèrent que d’aucun n’est exempt de bêtises, et ce en dépit de l’âge, l’origine ou la profession, nombreux verront dans un terme aussi anodin que « jeune » la définition de la dernière génération de descendants d’immigrés nord africain. Merci donc d’involontairement fasciser la France. Merci de revoir votre dictionnaire des synonymes.

Notre cher président, toujours en tournée champêtre estivale, nous explique grosso modo que l’été, c’est fait non pas pour voter et débattre des heures durant dans un hémicycle sur-climatisé, mais bien pour expliquer les actions du gouvernement aux citoyens… En gros l’été c’est fait pour discuter en plein air plutôt qu’en intérieur. Et comme il est déjà compliqué de remplir un hémicycle (et à fortiori d’en garder les membres concentrés, mieux vaut leur donner quartier libre plutôt que de leur courir après). Messieurs, si vos job vous ennuient, je suis sûr que nombre de vos électeurs seraient prêt à prendre votre place seulement pour ne pas avoir à en faire plus. Alors soyez généreux et montrez l’exemple, les convocations pôle emploi ne font pas de pauses quelque soit la saison!

A l’international, personne n’aura manqué l’affaire du pédophile espagnol arrêté pour attouchement et relation sexuelle sur onze mineurs. Gracié, il sera par la suite disgracié par le roi. Pour la suite de l’histoire je vous donne rendez-vous dans le prochain récap. Mais cette évènement me laisse à penser que du pot de vin au bakchich, il n’y a qu’un détroit.

Mais revenons à notre cher pays et à ses secouristes qui, malgré le don de leur vie à aider celle des autres, sont de plus en plus souvent agressés lors d’intervention en quartier difficile. Dernier exemple en date, Toulouse, quartier du mirail, deux interventions et deux agressions. Je ne soutiens pas toujours l’action des forces de l’ordre, mais là je les supplie de ne surtout pas abandonner ces quartiers où une minorité d’individus aux faibles connexions synaptiques tentent d’instaurer des zones de non droit. Nous en remercierons un anciens président qui, alors en poste au ministère de l’intérieur, avait jugé la police de proximité totalement contre productive (souvenez-vous, les quotas de PV c’était lui!). Secouriste, rester debout et fier de votre tache!

Enfin le petit point sourire nous est porté par notre équipe nationale de natation qui rayonne actuellement aux championnats du monde. Mais le plus drôle est que cette année, les entraineurs ne félicitent pas le travail des nageurs, mais remercient les courants favorables, qui seraient produits par les pompes des bassins, dans certains couloirs. Nombreux sont ceux qui ont affirmé que la technologie finirais par aider, voire compléter, l’humain lambda à se dépasser! L’exception culturelle française l’a fait!

Sur ces bonnes paroles, bon dimanche mercredi et à la semaine prochaine!

Humanité et Mondialisation

Si l’Humanité, concept unique définissant une multitude, est en soit un idéal d’unification du genre humain se voulant fédérateur, la Mondialisation est aujourd’hui la seule réelle tentative de mise en application de cet idéal. Gros hic, elle est toujours menée de façon bilatérale et à fin d’uniformisation. Je vois que déjà nombreux vous êtes à m’attendre au tournant de mon propos! Alors poursuivons!

Quand je parle de Mondialisation, j’évoque bien sur l’aspect transnational de nos firmes marchandes ainsi que des organismes à but social connus sous le nom d’ONG. Mais j’entends aussi une mondialisation plus historique, se définissant par la volonté d’un peuple, en position de nette supériorité, d’unifier sous une même bannière chaque civilisation l’entourant. Une éventuelle exception qui tend de nos jour à disparaitre, la Chine, qui de toute façon s’est toujours considérée comme la seule Humanité. Un sens légèrement élargi pour les besoins de mon propos.

L’Humanité pour sa part est l’acceptation de chaque individu, chaque peuple et chaque nation à reconnaitre son appartenance à une Entité allant au-delà des croyances et des convictions, pour unir les efforts individuels dans une survie et une évolution générale perpétuelle.

En résumé, la Mondialisation c’est « soit comme moi et je t’aiderais » alors que l’Humanité ce serait plutôt « reste comme tu es et on collaborera ».

Le tort de la première? Ne prendre en compte que les motivations du peuple « supérieur » de l’Age en question. Elle fini par écraser les différences et tue l’impulsion créatrice qui mène à l’évolution. Pourtant son mécanisme de base est essentiel à l’Humanité, car il créé des interactions entre les peuples, les idées et les techniques, permettant à chacun d’enrichir son savoir et ses savoir-faire. Mais il est bridé de fait par ceux qui le mettent en place et l’administrent en raison de leur cupidité. Et cette bride pousse à l’uniformisation des diversités, reprenant en boucle mon paragraphe.

Quand à la seconde, et bien, rappelons que c’est une Utopie!

Etre ou ne pas être… n°1

… un webrédacteur n’oeuvrant que pour sa plume?

 

Je me suis longtemps demandé si ma plume pouvait avoir un intérêt pour qui que ce fusse? Aujourd’hui je ne me pose plus la question.

J’ai longtemps essayé de la prêter à des causes qui me semblaient louables, et même si certaines font parti de mes convictions, j’ai toujours eu du mal à suivre le rythme ou le sérieux imposé. J’aime à rire et plus que tout à tourner en dérision les idées et concepts qui me semblent aberrant, ce faisant je respecterais toujours celui qui saura parler et penser par lui-même sans répéter une leçon bien apprise (des plus subjectif n’est ce pas?).

J’ai ma vision du monde, filtré et biaisé, qui ne correspond qu’a moi, peut parfois entrer en harmonie ou en collision avec celle des autres, mais aura pour amabilité de toujours être la mienne, qu’elle évolue ou que je change d’avis! Et je le renierais le moment venue, autant que je l’aurais admise et défendu! Mais je ne souhaite pas embarquer un équipage qui pourrait ne pas adhérer. De même, je ne me sentirais jamais a l’aise sur un navire où je ne peux librement m’exprimer.

Alors oui, j’ai décidé de me montrer moi-même, d’exhiber ma penser, mes rages et mon amour (ou l’inverse), et d’en faire profiter contre leur grès tous les pauvres fous qui finiront par s’aventurer sur ces pages, voire souhaiterons y contribuer.

Et je ne me pose plus de question, puisque je sais aujourd’hui que ma plume à  au moins de l’intérêt pour moi! (égocentrisme quand tu nous tiens!)

Eikkichi Eckart

Semaine 31, An 2013

Un résumé d’actualité bien triste. La moitié du monde s’embrase, l’autre se prosterne, et entre les deux la violence quotidienne des petites idéologies de caniveau continuent de se répandre…

Pour commencer, trois nuit de guerrilla en Egypte entre les partisans du président déchus Morsi ( Pro-islamique s’il faut encore le préciser) et les rebelles de la place Tarir de la première heure (plus laïque semble t’il) . Résultat, plusieurs dizaines de morts, une armée qui, malgré sa compromission dans le régime pré-printemps arabe, continu de prendre en importance dans ce conflit, sous couvert d’arbitrage, afin semble t’il de reprendre le pouvoir en toute discrétion et surtout, de façon bien plus légitime!

Au Pakistan deux attentas faisaient également une dizaine de morts en plus, revendiqué bien sur par le groupuscule du groupuscule d’un groupe terroriste bien connu. On les remerciera au passage de permettre aux complexes militaro-industriel d’occident de prospérer! « Continuez comme ça les gars, et bientôt la crise ne sera qu’un mauvais souvenir! » Et l’immigration clandestine par la même à force de faire feu sur de pauvres diables n’étant parfois même plus propriétaire de leurs corps.

Plus proche de nous, tandis que les politiques français de la fin du XX° continue leurs courses avec la justice (certaine on commencé il y’a presque vingt ans c’est vous dire que l’on est loin de l’arrivée!), ceux du début du XXI° se mettent déjà sur la ligne de départ. En vrac? Cahuzac et ses trous de mémoire, Balladur et le financement de la campagne de 95, Sarkozy et un peu tout son mandat selon les sources, DSK et sa passion des femmes et j’en passe! Il est intéressant de voir que les plus anciens ont généralement soutenu les plus jeunes.

Seul instant de répis, à en croire toute la presse mondiale excepté le Guardian, la naissance de George, fils présumé légitime de la dernière grande famille des « fils de » se trouvant de l’autre côté de la manche. J’admet que si la plus ancienne ascendante encore en vie du petit George à eu le bon grès de dédouaner ses « sujets » de son entretien, étant autant monarchiste que Proudhon était libéral, j’ai du mal à reconnaitre le principe qu’un titre archaïque et anachronique puissent encore faire se prosterner des individus libre et (je l’espère) instruits.

En résumé du résumé, quand d’un côté du monde l’on meurt pour rester debout, de l’autre côté, on se met à genoux devant une nouvelle vie.

Sur ces bonnes paroles, bon dimanche et à la semaine prochaine!

Paysage politique 2025

« Tulle, Préfecture de Corrèze, de notre correspondant Antoine Eckart »

« Très tôt ce matin, les inspecteurs de la division fraude de la Police Judiciaire de Corrèze on perquisitionnés les locaux de la permanence de l’ancien Président de la République, François Hollande. Cette intervention, simultanée à la perquisition du siège du Parti Socialiste, rue de Solferino à Paris, survient après les révélations de détournement de fonds publics suite à l’achat, en 2017 par l’armée française, des premiers drones européens.

Tout à commencé en 2019, lorsque la Commission Européenne de Surveillance des Marchés épinglait la société EDC (European Drones Concept) pour fraude sur le paiement des indemnités de retard qui avaient fait scandale quelques années auparavant. La CESM, au-delà de constater que les indemnités variaient fortement d’un pays à l’autre (alors qu’elles auraient du être similaires), découvrait par la même que si elles apparaissaient dans les bilans comptable de la société EDC, nombres n’apparaissaient pas dans les comptabilité des divers Trésors Publics Européens.

Après de nombreux rebondissement, qui ont vu tomber plusieurs puissants d’Europe des années 10, c’est au tour de l’ancien Président Français d’être éclaboussé par cette affaire. Il serait actuellement entendu à titre de témoin par le Juge X et les inspecteur de la PJ de Paris. Le Parquet devrait réclamer la mise en résidence surveillé de M. Hollande, suite aux nombreuses fuites de politiciens déchus dans cette affaire.

Le mandat de l’ancien Président, qui était déjà troublé par les affaires Cahuzac à peine quelques mois après son commencement, la forte contestation nationale et la monté des extrémismes, l’avait empéché de mettre en place nombres de réformes essentielles, et ouvert la voie au partis extrémistes de tout bords suite à la dislocation de l’UMP (lui-même compromis dans une guerre interne et plusieurs ennuis avec la justice). Aujourd’hui, les fort soupçons des enquéteurs à l’encontre de plusieurs cadres du PS pourrais, si elles sont fondé, précéder la dislocation du dernier « grand » parti de gauche.  »

Peut être le 27 Juillet 2025….

Au Feu!!

« Au Feu!! »  Le conseil me vient de mes grands-parents qui nous recommandais, en cas d’agressions, de crier à l’incendie plutôt qu’a l’aide.

Il est bien connu que personne ne souhaitera risquer ça vie et son intégrité pour sauver autruis, de surcroit s’il est inconnu, en revanche, si il s’agit d’appeler des secours pour un problème que l’on ne saurais résoudre seul, n’importe qui est près à passer pour couard, voire incapable. Si il est répandu parmi les être humains, chaqu’un se trouvant l’excuse qui lui sied, il est rare de voir une entité, à savoir un état, faire de même.

Et dernièrement, quelle que soit la gouvernance en place, nous assistons à un désengagement de l’état vis à vis de la société civile sans précédent.

Pourquoi?

Tout d’abord, nous sommes dans une société évoluant à l’aire de l’information constante, où les volontés, les modes de consommations et les revendications qui en découlent changent très vite. Et nos institutions, derrière leur vitrine moderniste (sites, réseaux sociaux…) , ne suivent plus le rythme imposé et tentent de freiner celui-ci pour ne pas se laisser déborder. Or à ce jeux là, elles peuvent se vanter d’avoir trouvé un soutient de poids, les entités commerciales.

Il n’est pas questions ici du petit entrepreneur qui va échanger son savoir-faire contre rétribution, mais bien des organismes qui ne voient que (et ne jouent qu’avec) des chiffres afin d’en faire (du chiffre bien sûr) .

Car le XX° siècle à vu l’apogée du manufacturé, et d’immenses empires se sont bâties, faisant fît des frontières, des peuples et des cultures. Mais ceux-ci, figés sur des modèles économique dépassé, mettent en place des mécanismes de ralentissement sociaux dans chaque domaine qu’ils occupent.

Je suis certains que vous souhaiteriez des exemples… Bien!

Au hasard, le grande distribution pour commencer.

Celle où nous nous rendons tous qui, par le biais de nos centrale d’achat, d’une augmentations constantes des prix à la ventes (mais pas à l’achat), entraine une popérisation des masses soumises à leur oligopole. Bien évidemment, si vous cumulez ceci avec une politique mercatique bien rodait, vous poussez ces masses à consommer au-delà de leur capacité de revenus. Et c’est comme cela que nos ménage se rendent à notre deuxième exemple, les banques!

Car nos consommateurs bien hypnotisé par la dernière nouveauté (ou plutôt sa réclame) high-tech (ou autre), arrivés au plafond autorisé par leur revenus, vont malgré tout dépenser par le biais des découvert autorisé, ou encore des crédits (de consommation ou immobilier).

Etonnamment, nombres d’organismes vont accepter d’endetter volontairement des individus, par le biais de conseiller bancaire (qui devrait donc conseiller leur client) qui vont vous assurer que vous ne risquez pas de devoir financer la banque pour survivre et surtout, conserver votre bien nouvellement acquis. Et, dans le pire des cas, nos ménages finissent par être en désaccord avec notre dernière exemple, une institution nommée Justice.

A l’exception des crimes communément admis tels que le meurtre, la pédophilie ou encore le viol, je crois que l’on peux relier nombre de délits (ceux que vous lirez dans la rubrique fait divers et depuis peu en première pages des quotidiens) à nos deux exemples précédent.

Pour démonstration (et quelque peu caricaturé) : Un ménage souhaite acquérir un nouveau véhicule, neuf de préférence. Or le montant exigé va largement excéder les possibilités financière du ménage. Celui-ci va se tourner vers un organisme financier qui va accepter ou non de contribuer à ce financement contre rétribution, et bien sur remboursement! Admettons que le prêts est accordé, mais que , malgré toute la bonne volonté du ménage (ainsi que tous les serrages de ceinture), ce remboursement impacte trop lourdement sur les frais réels, entrainant une cascade de non-paiement et une accumulation de dettes auprès de tous les organismes dont le ménage est tributaire, entrainant la perte des besoins fondamentaux que son le logement et la sécurité. C’est là que nos trois exemples finissent par tous être rémunérés, et que le ménage se retrouve dépouillé.

Mais revenont à notre alerte au feu. Quand ce produit elle? Et bien lorsque les ogres se rendent compte qu’aux delà de s’être gavé, ils ont épuisés leurs troupeaux! C’est généralement là que l’appel intervient, simultanément à un autre qui lui appelle à l’aide. C’est là que l’état devient non point le secouriste, mais le badaud qui appelle les secours, reconnaissant de fait mais sans l’avouer, son incapacité à aider qui que ce soit, contribuant plus ou moins volontairement à enliser ceux qu’il devrait s’appliquer à aider, pendant qu’ils rassasi nos exemples de ses aides financières surgit de nulle part et qui surtout touche bien plus de contribuable que si il n’avait laissé couler nos trois exemple.

Donc messieurs les politiques, quel que soit le bords dont vous vous revendiquiez, il serait grand temps de rendre a l’état le rôle qu’il n’aurait jamais du abandonner, et si au demeurant vous vous sentiez dépassé, peut être devriez vous songez à changer de métier!