Nous sommes (presque) tous Charlie.

Un drame, tant humain qu’idéologique c’est abattu sur la France il y a près d’un mois. Onze morts, condamnés par des « autorités » théologiques pour avoir ridiculisé le fondateur de l’une des plus grandes sectes mondiales… Onze cadavres qui ont entraîné l’une des plus grandes union nationale depuis Mai 68 ou encore le second tour des présidentielles de 2002.

Une union tellement poignante qu’elle a attiré le gratin du liberticide qui doit se refaire une conscience. Entre geôliers de journalistes, tortionnaires de la condition féminine et colonisateurs surarmés, la France a eu droit au soutient de ce qui se fait de mieux contre la liberté dans le monde, pour affirmer le droit inaliénable des peuples à la … liberté d’expression.

Des liberticides pour la liberté? Belle antinomie!

Un drame qui, en plus de montrer tout le ridicule de l’idéologie revendiquante (à l’instar de ses consœur théologique), exacerbe la bêtise des plus enclins à la xénophobie (maladie mentale au demeurant non reconnu par la psychiatrie).

Mais très rapidement, des voix discordante se sont fait entendre, et se sont les médias anglo-saxons qui ont ouvert le bal en refusant de reproduire les caricature incriminées. Scandale! Pas vraiment. Plutôt une question de point de vue. Car si la Laïcité à la française est bouffie d’interdits, la version anglo-saxonne se fonde sur le respect individuel et mutuel. Un débat tel que celui sur l’interdiction du voile n’existera jamais en Angleterre, pour la simple raison que leur version de la laïcité consiste à ne pas enfreindre la pratique culturelle ou religieuse des citoyens.

Autre élément à prendre en considération selon moi, la liberté d’expression serait-elle également faite d’interdit dans la version française? Car si nous portons aujourd’hui en héros posthume ceux qui, par humour ou revendication, caricaturaient Islam et Christianisme, nous n’hésitons pas à poursuivre et à censurer celui qui un jour a fait une blague sur le judaïsme… Et lorsque celui-ci déclare « Je suis Charlie Koulibaly », je n’y voit pas l’apologie du terrorisme, mais bien la compréhension de l’importance de nos libertés, mise en exergue par la détresse d’une jeunesse qui se sent obligée de trouver des repaires dans les idéologies les plus viles.

Et le summum de cette affaire, la cerise sur le ghetto, ce sont ces ados qui, au sein même de notre école républicaine et laïque, affirment que les onze journalistes n’ont eu que ce qu’ils méritaient.

La question que je me pose est simple : Est ce du à une montée des extrémismes de tout bord que l’école est gangrenée, ou est ce par sont recul dans sont rôle pédagogique qu’elle a ouvert la voie à ces extrêmes belliqueux et anachroniques?

Vous avez deux heures.

Mon Avis.

Publicités

Derrière chaque élève se cache un enfant.

EN« Le Dernier Mot Aux Familles Dans L’Orientation Des Collégiens ».

Le titre de cet article du journal « Le Monde » du 11 Janvier de cette année, résume parfaitement le projet gouvernemental qui va toucher l’orientation des élèves de troisième dans 117 établissements, et ce durant trois ans. Petite parenthèse, cette initiative est fort aimable de la part d’un gouvernement qui prône l’écoute sans réussir à se faire entendre.

Mais laissons là la satire pour en venir à la critique !

Le bon point, à mon sens, tient essentiellement dans la proximité des parents vis à vis des centres d’intérêts de leurs progénitures. Si ces géniteurs s’intéressent réellement aux hobbies de leurs enfants, ils seront à même de les conseiller sur la voie la plus adaptée à leurs envies et capacités. Mais cette théorie induit une sincère clairvoyance sur les capacités (intellectuelles, manuelles et sensorielles) des élèves, ainsi que sur les passions des enfants. Or, cette vision peut vite être perturbée par les espoirs déçus des parents, l’idéalisation de l’enfant et foultitude d’autres facteurs. De plus, lorsque l’on constate que nombre de parents laissent à l’école le soin de l’éducation sociale en plus de celle scolaire à l’Éducation Nationale… qu’ajouter ? Bref !

Ce bon point me semble donc lui-même très idéalisé par le législateur à l’initiative de ce projet.

En revanche, et vous l’aurez compris, j’en viens à la partie négative de mon propos : laisser la décision finale aux parents (et de fait reléguer l’École à son seul rôle d’enseignement) c’est nier la capacité de l’Éducation Nationale à s’auto-évaluer au travers des résultats des élèves. Et donc c’est lui refuser sa valeur éducative puisqu’il suffira d’affirmer que « les notes de mon enfant ne sont pas le reflet de ses vraies capacités » pour faire d’une pierre deux coups en permettant à l’élève de suivre la voie choisie (que ce soit par lui-même ou ses parents), en désavouant le système qui va tout de même continuer à le (dé)former.

Pour terminer, je dirais seulement que l’école républicaine se veut égalitaire, certes. Mais cela se fait sur la forme, tout le monde recevant le même enseignement de base. Et si la nature nous a tous fait humain (avis aux abruti, il n’y a qu’une seule race chez les Hommes : l’humain) , elle ne nous a malheureusement pas tous fait égaux à titre de compétences individuelles. L’avis des parents est essentiel dans le processus d’orientation des élèves, mais on ne doit surtout pas retirer à l’Éducation Nationale son droit d’expertise, et , au contraire celle-ci devrait entretenir des liens bien plus étroit avec les différents acteurs de la vie extrascolaire (des clubs de sport aux médiateurs et animateurs des zones urbaines sensibles). Ces relations permettraient aux Équipes Pédagogiques (comme elles se plaisent à le rappeler) de mieux connaitre ceux dont elles ont la charge, et bien sur de mieux les orienter.

Comme toujours, mon avis!

Ecologie et Conscience

 Il est des thèmes qui ,malgré leurs fortes propensions au consensus, ne retrouvent pas le même succès dans leur mise en application. Pour le plus grand malheur de nos futures générations, l’écologie fait partie de ceux-ci. Je vous rassure de suite, je ne fais pas parti de ces militants prompt à publier tout article ou « chaine » à la gloire de Gaïa mais j’ai conscience que les humains se doivent de réagir, et ce depuis vingt ans déjà.

Mais je commence sincèrement à m’interroger sur le réel intérêt que peut porter le citoyen lambda à cette cause. Hier, Mardi 20 Août 2013, l’humanité est entrée en phase de dette écologique, ce qui en gros signifie que nous avons déjà commencé à pomper dans les ressources qui auraient dut nous alimenter en 2014 avec 6 mois d’avance. Donc par prolongation nous avons déjà bouffé le premier semestre 2015 qui devrait logiquement alimenter le deuxième de 2014…

Sachant que cette « dette écologique » avance sa date de début d’un bon mois tous les ans, nous devrions être endettés de façon permanente d’ici 6 ans. Bien sur des efforts sont fait pour retarder cette échéance, a savoir accroitre la quantité de terre disponible pour l’agriculture, ou encore pratiquer l’élevage intensif (à grand coup d’hormones et de farines animales). Donc plutôt que de chercher une alternative à la croissance démographique mondiale et aux systèmes actuels de productions agroalimentaires afin d’entrer dans une « nouvelle ère agro-écologique », nous allons continuer de doper la nature pour la forcer à donner encore plus alors que ses ressources diminuent chaque jour plus que le précédent…

Si nos enfants devraient vivre plutôt correctement, la masse se rend elle compte qu’elle envoi les prochaines générations dans un gouffre où l’humanité pourrait disparaitre? Ou en tout cas la civilisation actuelle le pourrait, nous renvoyant aux heures les plus sombres de l’Histoire. Certains affirmeront avec force que c’est désormais le seul avenir de l’Homme. Disparaitre pour mieux renaitre en harmonie avec son monde.

Mon opinion?

Nous sommes à un tournant de notre civilisation. Le choix qui s’offre à nous est très simple, évoluer pour nous adapter, ou rester figé et s’éteindre. Et ce choix doit se faire maintenant. Si nous souhaitons survivre, il va falloir prendre conscience de notre unité en tant que peuple du même monde et dépasser les clivages arbitraires telles que la géographie et la religion. Il ne s’agit plus d’être tolérant, c’est au-delà de la solidarité, il faut que chacun prenne conscience de l’Humanité, la sienne mais aussi celle de tous les autres.

Les Nouvelles Définitions : Lobby

Lobby ; (nm)

Contraction des termes anglo-saxons « lobotomized » et « business ». Littéralement, Entreprise de Lobotomisation.

Les Lobby sont des structures ayant pour principale activité de faire pressions sur des instituions où des personnes afin d’empêcher la société d’évoluer, garantir les profits acquis, assurer la venue de nouveaux profits et limiter leur dispersion.

De fait, les Lobbys forcent la société à rester dans un état de dépendance vis-à-vis des groupent qu’ils représentent, limitant les avancées sociales, économiques où encore technologiques afin de maximiser les profits, tout en infantilisant/formatant l’ensemble d’une populations, à seule fin de pérenniser ce mode de domination.

Les États ont pour plus grand intérêts de se délivrer de la volonté des Lobbys si ils souhaitent revenir au service des citoyens.

Nuls intérêts ne doit surpasser celui des peuples.

Age et Insécurité

Il est bien connu que nombre d’individus, voyant le temps avancer et leurs forces décliner, se sentent de plus en plus menacés à mesure que le temps les fuit.

Or à l’heure où j’écris ceci, une grande partie de la classe dirigeant le pays est bien moins proche du début que nombre de citoyens qu’elle se doit d’administrer. En conséquence, seuls ceux correspondant à la moyenne d’âge des politiques se retrouvent réellement dans les discours actuels, qui, sous-tendu par une volonté de rester « en pouvoir », réélisent mandat après mandat les mêmes candidats.
Mais ces élus, malgré leur capacité à avoir une vue globale de la société, ne font que ralentir le processus naturel d’évolution des civilisations au détriment des générations futures. J’en veux pour preuve l’impossibilité qu’ont les grandes nations à adopter un accord mondial sur l’écologie, ou encore le refus de voir le monde comme « une » terre où, plus que les biens, les humains devraient pouvoir se déplacer sans contrainte. Mais cette peur viscérale du changement et du différent, qui ne fait malheureusement que croitre avec l’âge, nous mène à une société ultra-sécuritaire où la moindre revendication mène au soupçon.
Et si par malheur l’État venait à prendre les devants sur l’évolution, la masse des conservateurs n’hésiterait pas à le rappeler à l’ordre.

Et c’est ainsi que se forme le cercle de l’insécurité, les masses ayant de plus en plus peur, et les politiques surfant sur cette vague accroissent le sentiment d’insécurité, se confortant eux-mêmes dans l’idée qu’ils sont en phase avec leur époque, sans voir qu’ils ont fait leur temps!

Il faut donc imposer le respect de l’âge légal de départ en retraite jusque dans les plus hautes sphères de l’État. Sinon, vous pouvez toujours commander des couronnes de fleurs pour la mise en bière de la civilisation!

Semaine 32, An 2013

Récap’ de la semaine passée un peu en retard, eu égard à mon planning professionnel. Mais pas de fausses excuses et rattrapons nous dès maintenant!
Commençons donc par ces deux faits divers (merci de laisser les blagues vaseuses au vestiaire) passés plutôt inaperçus, et pourtant similaires jusque sur le plan  géographique, à savoir un « jeune » (comprenez ce qu’il vous plait) en scooter, poursuivi par deux gendarmes. Chacun clame que l’autre à commencé (merci pour l’ambiance cours de récré) et au final le premier fait, voit un gendarme et un suspect finir à l’hôpital, quand le deuxième évènement saute les étapes et envoi le suspect directement à la morgue.
Je souhaiterais dire aux gens qui rapportent ces drames dans les journaux, que même si le « devoir d’informer » me semble nécessaire, voire vital, il serait bon de choisir des termes plus neutres! Car si les personnes telles que moi, et je les espère nombreuses, considèrent que d’aucun n’est exempt de bêtises, et ce en dépit de l’âge, l’origine ou la profession, nombreux verront dans un terme aussi anodin que « jeune » la définition de la dernière génération de descendants d’immigrés nord africain. Merci donc d’involontairement fasciser la France. Merci de revoir votre dictionnaire des synonymes.

Notre cher président, toujours en tournée champêtre estivale, nous explique grosso modo que l’été, c’est fait non pas pour voter et débattre des heures durant dans un hémicycle sur-climatisé, mais bien pour expliquer les actions du gouvernement aux citoyens… En gros l’été c’est fait pour discuter en plein air plutôt qu’en intérieur. Et comme il est déjà compliqué de remplir un hémicycle (et à fortiori d’en garder les membres concentrés, mieux vaut leur donner quartier libre plutôt que de leur courir après). Messieurs, si vos job vous ennuient, je suis sûr que nombre de vos électeurs seraient prêt à prendre votre place seulement pour ne pas avoir à en faire plus. Alors soyez généreux et montrez l’exemple, les convocations pôle emploi ne font pas de pauses quelque soit la saison!

A l’international, personne n’aura manqué l’affaire du pédophile espagnol arrêté pour attouchement et relation sexuelle sur onze mineurs. Gracié, il sera par la suite disgracié par le roi. Pour la suite de l’histoire je vous donne rendez-vous dans le prochain récap. Mais cette évènement me laisse à penser que du pot de vin au bakchich, il n’y a qu’un détroit.

Mais revenons à notre cher pays et à ses secouristes qui, malgré le don de leur vie à aider celle des autres, sont de plus en plus souvent agressés lors d’intervention en quartier difficile. Dernier exemple en date, Toulouse, quartier du mirail, deux interventions et deux agressions. Je ne soutiens pas toujours l’action des forces de l’ordre, mais là je les supplie de ne surtout pas abandonner ces quartiers où une minorité d’individus aux faibles connexions synaptiques tentent d’instaurer des zones de non droit. Nous en remercierons un anciens président qui, alors en poste au ministère de l’intérieur, avait jugé la police de proximité totalement contre productive (souvenez-vous, les quotas de PV c’était lui!). Secouriste, rester debout et fier de votre tache!

Enfin le petit point sourire nous est porté par notre équipe nationale de natation qui rayonne actuellement aux championnats du monde. Mais le plus drôle est que cette année, les entraineurs ne félicitent pas le travail des nageurs, mais remercient les courants favorables, qui seraient produits par les pompes des bassins, dans certains couloirs. Nombreux sont ceux qui ont affirmé que la technologie finirais par aider, voire compléter, l’humain lambda à se dépasser! L’exception culturelle française l’a fait!

Sur ces bonnes paroles, bon dimanche mercredi et à la semaine prochaine!

Humanité et Mondialisation

Si l’Humanité, concept unique définissant une multitude, est en soit un idéal d’unification du genre humain se voulant fédérateur, la Mondialisation est aujourd’hui la seule réelle tentative de mise en application de cet idéal. Gros hic, elle est toujours menée de façon bilatérale et à fin d’uniformisation. Je vois que déjà nombreux vous êtes à m’attendre au tournant de mon propos! Alors poursuivons!

Quand je parle de Mondialisation, j’évoque bien sur l’aspect transnational de nos firmes marchandes ainsi que des organismes à but social connus sous le nom d’ONG. Mais j’entends aussi une mondialisation plus historique, se définissant par la volonté d’un peuple, en position de nette supériorité, d’unifier sous une même bannière chaque civilisation l’entourant. Une éventuelle exception qui tend de nos jour à disparaitre, la Chine, qui de toute façon s’est toujours considérée comme la seule Humanité. Un sens légèrement élargi pour les besoins de mon propos.

L’Humanité pour sa part est l’acceptation de chaque individu, chaque peuple et chaque nation à reconnaitre son appartenance à une Entité allant au-delà des croyances et des convictions, pour unir les efforts individuels dans une survie et une évolution générale perpétuelle.

En résumé, la Mondialisation c’est « soit comme moi et je t’aiderais » alors que l’Humanité ce serait plutôt « reste comme tu es et on collaborera ».

Le tort de la première? Ne prendre en compte que les motivations du peuple « supérieur » de l’Age en question. Elle fini par écraser les différences et tue l’impulsion créatrice qui mène à l’évolution. Pourtant son mécanisme de base est essentiel à l’Humanité, car il créé des interactions entre les peuples, les idées et les techniques, permettant à chacun d’enrichir son savoir et ses savoir-faire. Mais il est bridé de fait par ceux qui le mettent en place et l’administrent en raison de leur cupidité. Et cette bride pousse à l’uniformisation des diversités, reprenant en boucle mon paragraphe.

Quand à la seconde, et bien, rappelons que c’est une Utopie!