Nous sommes (presque) tous Charlie.

Un drame, tant humain qu’idéologique c’est abattu sur la France il y a près d’un mois. Onze morts, condamnés par des « autorités » théologiques pour avoir ridiculisé le fondateur de l’une des plus grandes sectes mondiales… Onze cadavres qui ont entraîné l’une des plus grandes union nationale depuis Mai 68 ou encore le second tour des présidentielles de 2002.

Une union tellement poignante qu’elle a attiré le gratin du liberticide qui doit se refaire une conscience. Entre geôliers de journalistes, tortionnaires de la condition féminine et colonisateurs surarmés, la France a eu droit au soutient de ce qui se fait de mieux contre la liberté dans le monde, pour affirmer le droit inaliénable des peuples à la … liberté d’expression.

Des liberticides pour la liberté? Belle antinomie!

Un drame qui, en plus de montrer tout le ridicule de l’idéologie revendiquante (à l’instar de ses consœur théologique), exacerbe la bêtise des plus enclins à la xénophobie (maladie mentale au demeurant non reconnu par la psychiatrie).

Mais très rapidement, des voix discordante se sont fait entendre, et se sont les médias anglo-saxons qui ont ouvert le bal en refusant de reproduire les caricature incriminées. Scandale! Pas vraiment. Plutôt une question de point de vue. Car si la Laïcité à la française est bouffie d’interdits, la version anglo-saxonne se fonde sur le respect individuel et mutuel. Un débat tel que celui sur l’interdiction du voile n’existera jamais en Angleterre, pour la simple raison que leur version de la laïcité consiste à ne pas enfreindre la pratique culturelle ou religieuse des citoyens.

Autre élément à prendre en considération selon moi, la liberté d’expression serait-elle également faite d’interdit dans la version française? Car si nous portons aujourd’hui en héros posthume ceux qui, par humour ou revendication, caricaturaient Islam et Christianisme, nous n’hésitons pas à poursuivre et à censurer celui qui un jour a fait une blague sur le judaïsme… Et lorsque celui-ci déclare « Je suis Charlie Koulibaly », je n’y voit pas l’apologie du terrorisme, mais bien la compréhension de l’importance de nos libertés, mise en exergue par la détresse d’une jeunesse qui se sent obligée de trouver des repaires dans les idéologies les plus viles.

Et le summum de cette affaire, la cerise sur le ghetto, ce sont ces ados qui, au sein même de notre école républicaine et laïque, affirment que les onze journalistes n’ont eu que ce qu’ils méritaient.

La question que je me pose est simple : Est ce du à une montée des extrémismes de tout bord que l’école est gangrenée, ou est ce par sont recul dans sont rôle pédagogique qu’elle a ouvert la voie à ces extrêmes belliqueux et anachroniques?

Vous avez deux heures.

Mon Avis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s