Ne pas confondre « lutter pour la France et monter au Front.

Bruno Le Maire, voix désormais écoutée de l’UMP, affirmait récemment :  » L’UMP doit combattre le FN avec beaucoup plus de force ».

Juste pour dissiper un doute, « plus de force » dans la dénonciation des idéaux fasciste latents d’un parti d’extrême droite tel que le Front National,  ou dans la démagogie et le populisme propre à un tel parti?
Car entre l’imitation à des fins électorale,  et dénonciation à des fins républicaines il y a un écart.

Et même si il est de notoriété publique que les politiques ne font jamais ce qu’ils annoncent dans leurs programmes,  il serait dommage que la première fois serve de viles idées.

Mon avis.

Nous sommes (presque) tous Charlie.

Un drame, tant humain qu’idéologique c’est abattu sur la France il y a près d’un mois. Onze morts, condamnés par des « autorités » théologiques pour avoir ridiculisé le fondateur de l’une des plus grandes sectes mondiales… Onze cadavres qui ont entraîné l’une des plus grandes union nationale depuis Mai 68 ou encore le second tour des présidentielles de 2002.

Une union tellement poignante qu’elle a attiré le gratin du liberticide qui doit se refaire une conscience. Entre geôliers de journalistes, tortionnaires de la condition féminine et colonisateurs surarmés, la France a eu droit au soutient de ce qui se fait de mieux contre la liberté dans le monde, pour affirmer le droit inaliénable des peuples à la … liberté d’expression.

Des liberticides pour la liberté? Belle antinomie!

Un drame qui, en plus de montrer tout le ridicule de l’idéologie revendiquante (à l’instar de ses consœur théologique), exacerbe la bêtise des plus enclins à la xénophobie (maladie mentale au demeurant non reconnu par la psychiatrie).

Mais très rapidement, des voix discordante se sont fait entendre, et se sont les médias anglo-saxons qui ont ouvert le bal en refusant de reproduire les caricature incriminées. Scandale! Pas vraiment. Plutôt une question de point de vue. Car si la Laïcité à la française est bouffie d’interdits, la version anglo-saxonne se fonde sur le respect individuel et mutuel. Un débat tel que celui sur l’interdiction du voile n’existera jamais en Angleterre, pour la simple raison que leur version de la laïcité consiste à ne pas enfreindre la pratique culturelle ou religieuse des citoyens.

Autre élément à prendre en considération selon moi, la liberté d’expression serait-elle également faite d’interdit dans la version française? Car si nous portons aujourd’hui en héros posthume ceux qui, par humour ou revendication, caricaturaient Islam et Christianisme, nous n’hésitons pas à poursuivre et à censurer celui qui un jour a fait une blague sur le judaïsme… Et lorsque celui-ci déclare « Je suis Charlie Koulibaly », je n’y voit pas l’apologie du terrorisme, mais bien la compréhension de l’importance de nos libertés, mise en exergue par la détresse d’une jeunesse qui se sent obligée de trouver des repaires dans les idéologies les plus viles.

Et le summum de cette affaire, la cerise sur le ghetto, ce sont ces ados qui, au sein même de notre école républicaine et laïque, affirment que les onze journalistes n’ont eu que ce qu’ils méritaient.

La question que je me pose est simple : Est ce du à une montée des extrémismes de tout bord que l’école est gangrenée, ou est ce par sont recul dans sont rôle pédagogique qu’elle a ouvert la voie à ces extrêmes belliqueux et anachroniques?

Vous avez deux heures.

Mon Avis.

UE-Ukraine, plus docile à 28 que seul…

Ukraine

 

(Cet article, publié à retardement, reste à mon sens d’actualité. Pour le mettre à jour, je vous invite à remplacer dans certains passages le terme « Ukraine » par « Russie »)

L’Ukraine est à feu, et depuis peu, à sang. Aucun intérêt pour moi ici de (re)faire la description de ce qu’il se passe au pays des cosaques. Les médias ont déjà relayé l’infos dans tous les sens, et ce avec tous les points de vues disponibles. Non, l’Ukraine est en feu, et ce n’est pas moi qui irait y jeter de l’eau ou de l’huile.

En revanche, la lâcheté des dirigeants européens me laisse sans voix, mais heureusement ma plume n’a besoin que d’encre! Je le clame haut et fort, l’UE est une lâche qui remue beaucoup (trop) d’air sans jamais porter de vrais solutions. Et le summum de cette couardise tien dans la « menace de sanctions »… Que ce soit clair, une menace n’est qu’un mouvement d’air, une sanction en revanche doit être réelle, motivé et surtout!… effective! Menacer de sanctionner, c’est comme priver de dessert ça progéniture en lui laissant accès à la console/TV/PC… Au mieux, ça se calme jusqu’à la fin du repas, au pire, ça vous rit au nez et continu de plus belle!

Lorsqu’un gouvernement entre en conflit avec sa nation, soit il trouve une solution diplomatique, soit il abdique! Lorsque les divergences atteignent le stade du conflit armé, il faut accepter que le points de non-retours soit dépassé. Et lorsque les acteurs internationaux entre en jeu, ceux-ci doivent agir avec conviction et réactivité!

Dans ce cas, la Russie, qui prend le partie du gouvernement Ukrainiens (et certainement pas parce qu’ils sont pro-russe contrairement aux manifestants), appuis son soutient d’une belle promesse (11 Milliards d’euros dont trois déjà versé (chèque signé et encaissé)). La Fédération ne s’inquiète guère de savoir si cela va froisser l’Europe ou les USA, ou si son économie va en pâtir.

En face, l’UE, plutôt que de soutenir des manifestants pro-Europe (par une aide humanitaire par exemple), fustige le gouvernement ukrainien qui, au passage, s’en tape les parties pré-natale avec une poêle à frire, et le menace de peut-être éventuellement tenter de mettre en place des sanctions contre les dirigeants ukrainiens, et ce en prenant soin de les prévenir, histoire qu’ils aient le temps de se retourner. Tout ça afin de ne pas froisser « l’ami Russe », qui pour sa part s’apprête à nous faire parvenir des cargaisons de vaseline via ses oléoducs, grace à la monnaie que lui rendra l’Ukraine sur les 11 milliards.

Alors, mesdames et messieurs les dirigeant de l’Union, si, au lieu de vous perdre en excuses et en pseudo-courroux, vous preniez des décisions fermes et significatives, peut-être réussiriez vous à acquérir la prestance qui, tant au national qu’à l’international, vous fait tant défaut, et qui surtout permettrait à cette Union de devenir un véritable acteur des enjeux mondiaux actuels et avenir.

Un jour peut-être sortirons nous de la peau de Guignol, pour revêtir celle de Panurge!

Comme toujours, mon points de vue! Do Svidaniya!

Derrière chaque élève se cache un enfant.

EN« Le Dernier Mot Aux Familles Dans L’Orientation Des Collégiens ».

Le titre de cet article du journal « Le Monde » du 11 Janvier de cette année, résume parfaitement le projet gouvernemental qui va toucher l’orientation des élèves de troisième dans 117 établissements, et ce durant trois ans. Petite parenthèse, cette initiative est fort aimable de la part d’un gouvernement qui prône l’écoute sans réussir à se faire entendre.

Mais laissons là la satire pour en venir à la critique !

Le bon point, à mon sens, tient essentiellement dans la proximité des parents vis à vis des centres d’intérêts de leurs progénitures. Si ces géniteurs s’intéressent réellement aux hobbies de leurs enfants, ils seront à même de les conseiller sur la voie la plus adaptée à leurs envies et capacités. Mais cette théorie induit une sincère clairvoyance sur les capacités (intellectuelles, manuelles et sensorielles) des élèves, ainsi que sur les passions des enfants. Or, cette vision peut vite être perturbée par les espoirs déçus des parents, l’idéalisation de l’enfant et foultitude d’autres facteurs. De plus, lorsque l’on constate que nombre de parents laissent à l’école le soin de l’éducation sociale en plus de celle scolaire à l’Éducation Nationale… qu’ajouter ? Bref !

Ce bon point me semble donc lui-même très idéalisé par le législateur à l’initiative de ce projet.

En revanche, et vous l’aurez compris, j’en viens à la partie négative de mon propos : laisser la décision finale aux parents (et de fait reléguer l’École à son seul rôle d’enseignement) c’est nier la capacité de l’Éducation Nationale à s’auto-évaluer au travers des résultats des élèves. Et donc c’est lui refuser sa valeur éducative puisqu’il suffira d’affirmer que « les notes de mon enfant ne sont pas le reflet de ses vraies capacités » pour faire d’une pierre deux coups en permettant à l’élève de suivre la voie choisie (que ce soit par lui-même ou ses parents), en désavouant le système qui va tout de même continuer à le (dé)former.

Pour terminer, je dirais seulement que l’école républicaine se veut égalitaire, certes. Mais cela se fait sur la forme, tout le monde recevant le même enseignement de base. Et si la nature nous a tous fait humain (avis aux abruti, il n’y a qu’une seule race chez les Hommes : l’humain) , elle ne nous a malheureusement pas tous fait égaux à titre de compétences individuelles. L’avis des parents est essentiel dans le processus d’orientation des élèves, mais on ne doit surtout pas retirer à l’Éducation Nationale son droit d’expertise, et , au contraire celle-ci devrait entretenir des liens bien plus étroit avec les différents acteurs de la vie extrascolaire (des clubs de sport aux médiateurs et animateurs des zones urbaines sensibles). Ces relations permettraient aux Équipes Pédagogiques (comme elles se plaisent à le rappeler) de mieux connaitre ceux dont elles ont la charge, et bien sur de mieux les orienter.

Comme toujours, mon avis!

Ecologie et Conscience

 Il est des thèmes qui ,malgré leurs fortes propensions au consensus, ne retrouvent pas le même succès dans leur mise en application. Pour le plus grand malheur de nos futures générations, l’écologie fait partie de ceux-ci. Je vous rassure de suite, je ne fais pas parti de ces militants prompt à publier tout article ou « chaine » à la gloire de Gaïa mais j’ai conscience que les humains se doivent de réagir, et ce depuis vingt ans déjà.

Mais je commence sincèrement à m’interroger sur le réel intérêt que peut porter le citoyen lambda à cette cause. Hier, Mardi 20 Août 2013, l’humanité est entrée en phase de dette écologique, ce qui en gros signifie que nous avons déjà commencé à pomper dans les ressources qui auraient dut nous alimenter en 2014 avec 6 mois d’avance. Donc par prolongation nous avons déjà bouffé le premier semestre 2015 qui devrait logiquement alimenter le deuxième de 2014…

Sachant que cette « dette écologique » avance sa date de début d’un bon mois tous les ans, nous devrions être endettés de façon permanente d’ici 6 ans. Bien sur des efforts sont fait pour retarder cette échéance, a savoir accroitre la quantité de terre disponible pour l’agriculture, ou encore pratiquer l’élevage intensif (à grand coup d’hormones et de farines animales). Donc plutôt que de chercher une alternative à la croissance démographique mondiale et aux systèmes actuels de productions agroalimentaires afin d’entrer dans une « nouvelle ère agro-écologique », nous allons continuer de doper la nature pour la forcer à donner encore plus alors que ses ressources diminuent chaque jour plus que le précédent…

Si nos enfants devraient vivre plutôt correctement, la masse se rend elle compte qu’elle envoi les prochaines générations dans un gouffre où l’humanité pourrait disparaitre? Ou en tout cas la civilisation actuelle le pourrait, nous renvoyant aux heures les plus sombres de l’Histoire. Certains affirmeront avec force que c’est désormais le seul avenir de l’Homme. Disparaitre pour mieux renaitre en harmonie avec son monde.

Mon opinion?

Nous sommes à un tournant de notre civilisation. Le choix qui s’offre à nous est très simple, évoluer pour nous adapter, ou rester figé et s’éteindre. Et ce choix doit se faire maintenant. Si nous souhaitons survivre, il va falloir prendre conscience de notre unité en tant que peuple du même monde et dépasser les clivages arbitraires telles que la géographie et la religion. Il ne s’agit plus d’être tolérant, c’est au-delà de la solidarité, il faut que chacun prenne conscience de l’Humanité, la sienne mais aussi celle de tous les autres.

Les Nouvelles Définitions : Lobby

Lobby ; (nm)

Contraction des termes anglo-saxons « lobotomized » et « business ». Littéralement, Entreprise de Lobotomisation.

Les Lobby sont des structures ayant pour principale activité de faire pressions sur des instituions où des personnes afin d’empêcher la société d’évoluer, garantir les profits acquis, assurer la venue de nouveaux profits et limiter leur dispersion.

De fait, les Lobbys forcent la société à rester dans un état de dépendance vis-à-vis des groupent qu’ils représentent, limitant les avancées sociales, économiques où encore technologiques afin de maximiser les profits, tout en infantilisant/formatant l’ensemble d’une populations, à seule fin de pérenniser ce mode de domination.

Les États ont pour plus grand intérêts de se délivrer de la volonté des Lobbys si ils souhaitent revenir au service des citoyens.

Nuls intérêts ne doit surpasser celui des peuples.

Si internet finançait l’industrie culturelle française.

Rêve, voire Utopie pour nombre de pirates, la décriminalisation du libre échange sur le net, au-delà de réduire à nullité les services HADOPI (qui entre nous sont incapables de traquer les vrais pirates) , pourrait permettre de financer et soutenir la production et la création artistique française, et ce pour seulement deux euros par mois et par foyer payant une facture à un FAI.
Vous me direz, « t’es mignon avec tes deux euros, mais d’où tu sors ça? », et il serait tout à fait légitime de vous interroger! Donc pour les moins enclin à jouer les moutons, voici le détail de mes recherches et calculs!

Premièrement, les données! Quelques recherches via notre meilleur ami (google) et nous pouvons déjà récupérer nos infos de base :

– Nombre d’abonnements internet : 22,5 millions

– Prix moyen d’un abonnement internet : 32Euros

– CA (chiffre d’affaire) secteur Musical : 617 millions d’euros (! ce chiffre n’inclus pas les concerts et prestations directes des artistes!)

– CA secteur Cinématographique : 1.49 Milliards d’euros

– CA secteur Edition : 2,67 Milliards d’eurosToutes ces infos sont valables en France sur l’année 2012, pour les ventes de biens culturels sur support physique et numérique.

Harmonisons un peu tout cela pour plus de visibilité, ce qui nous donne un CA du secteur culturel français à (approximativement) 4,8 Milliards d’euros sur l’année 2012.

Maintenant petit calcul de CM1 : Cumul CA / nombre d’abonnement internet = 4,8*10^9 / 22,5*10^6 = 22Euros/an/abonnement soit 1,84euro/mois.
Donc, en résumé, pour moins de 2Euros de plus par mois sur leur facture internet, les français pourraient d’une part avoir un accès illimité à la création culturelle, et de plus contribuer activement à développer celle-ci!

Ces deux euros, représentant tout de même près de 20% du prix moyen d’un abonnement, pourraient être prélevés par le biais d’une taxe spécifiquement liée aux moyens et services de communications électroniques, une TVA réduite (7% au lieu des 19,6% actuels) aidant à limiter l’impact de cette taxe spécifique sur le prix final de l’abonnement.

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, car si il est intéressant de voir comment compenser la perte de chiffre d’affaire des acteurs du secteur culturel, il ne faut pas oublier comment redistribuer cette taxe. Dans l’absolu, l’intégralité des ventes réalisées par ces acteurs ne va pas se stopper du jour au lendemain, il n’est donc pas besoin de compenser l’intégralité du « CA culturel », ou tout du moins de le redistribuer dans son intégralité aux majors. On pourrait envisager un mode de redistribution compensatoire assurant au minimum le CA de l’année passée aux maisons de production et d’édition, avec bien sûr des clauses « anti-abus ». Le reste de cette taxe perçue pourrait, d’une part permettre d’assurer un revenu minimal aux intermitents (Pôle emploi exigeant par exemple un minimum de 40 dates par an pour indemniser les musiciens), et également servir de « fonds de soutien à la création et à la diffusion culturelle ».

N’étant pas économiste moi-même, je me suis basé sur une réflexion qui me semblait logique, essayant de trouver les données les plus justes afin de réaliser ce développement. Je considère cet article comme un axe de réflexion, et invite toute personne qui aurait plus de connaissances du secteur à me reprendre, me corriger ou encore me compléter! Mais je crois que l’effort qui serait demandé resterait dérisoire aux vus des bénéfices apportés tant d’un point de vue financier qu’artistique.